Back to Top

Le Gant

Anne Collongues récitPatrick Devreux encres

14 € • 14 x 20 cm • 48 pages • isbn 9782359840902 • février 2018 • collection En toutes lettres

Agenouillée devant une porte d’immeuble, elle sort un à un tous les objets de son sac tandis que les gens se dirigent vers on ne sait où d’un pas qui semble fuir quelque chose qui les talonne.
On ne lui prête pas attention.

Elle préfèrerait perdre sa carte d’identité, ses clés, son passeport, sa carte de crédit, tout ce qui se copie à l’identique en quelques formalités pénibles, plutôt que ça.

L’inventaire est presque terminé, ses affaires sont étalées par terre, mouillées – tant pis – elle retourne son sac : barrettes, médicaments, stylo, poussière, c’est tout, le sac est vide, quelque chose en elle se fige, elle n’a qu’un gant.
Ce n’est pas possible.


Dans un Paris sombre et pluvieux, la perte d’un gant entraîne une femme à retraverser la ville à rebours de sa journée. Cette recherche dans la nuit devient peu à peu une errance où surgissent des souvenirs liés aux lieux et à ce gant manquant qui cristallise un choix non-résolu et l’enjeu d’un changement de vie.

L’écriture d’Anne Collongues suit les méandres des pensées de cette femme. Tel un long monologue intérieur, les souvenirs affleurent au fil de ses déambulations dans la ville.

Les encres de Patrick Devreux accompagnent l’errance de la jeune fille, en créant une atmosphère sombre, où la réalité et les souvenirs se fondent dans l’obscurité, passants et souvenirs fugaces se transforment en ombres.

Une errance moderne dans la ville et dans les souvenirs.

 

[Paroles de lecteurs]

La librairie Point Virgule (Namur)

Anne Collongues est photographe et écrivaine. Elle aime les lieux et les temps suspendus, les bribes de vies anonymes mais jamais anodines. Elle a publié chez Actes Sud Ce qui nous sépare, un roman tissé des existences d'hommes et de femmes le temps d'un trajet de RER. Le gant est un récit d'errance. Errance bien réelle, celle d'une femme désemparée par la perte d'un gant, et qui décide de repasser sur les lieux de sa journée en espérant le retrouver. Errance intime surtout, parce que ce gant perdu va l'obliger à remonter le cours de sa vie, à affronter des souvenirs sagement enfouis, à reprendre pied dans sa vie. Anne Collongues est la peintre délicate de cette quête en apparence banale, qui s'avérera déterminante. Elle décrit avec force les gestes quotidiens, les instants fugaces, les points de bascule. Son récit est ponctué par les encres de Patrick Devreux, qui offrent au texte une douce étrangeté.

 

du même auteur :

mots-clefs :

Roman
Dessin
Mémoire-Souvenir
Couple-Relations
Paris