Back to Top

Les mille corps

Anne De Roo poème et dessins

8 € • 10,5 x 20 cm • 20 pages • isbn 9782359841046 • octobre 2018 • collection Cahiers

Je sais, nous avons deux corps et même cent et même mille. Mais comment en parler, d’autres l’ont si bien fait avant nous ?


Dans Les mille corps, on apprend de la poésie que le corps est plein de possibles, bien au-delà de l’image quotidienne qu’on en a, que ses possibilités sont infinies. Quand l’imaginaire offre au corps de s’identifier à certaines images, à première vue étrangères à sa nature, issues d’un règne différent du sien, il peut arriver qu’il y reconnaisse une possibilité intéressante, qui le réjouit et lui donne de nouvelles facultés. C’est comme un outillage, une augmentation.  

Un corps ne s’arrête pas aux frontières de sa peau, ni au sol sur lequel il pose les pieds. Il travaille, avec son frère le cerveau, à nous constituer une panoplie d’avatars plus ou moins larges, fluides ou enracinés. Ces autres corps, on peut les appeler images du corps et il ne tient qu’à nous de les multiplier. Loin d’appartenir au seul domaine de la pensée, ces images prennent leur origine et se développent en sensations bien concrètes.

Le corps peut gagner en épaisseur, longueur, largeur, membres et bifurcations, s’il utilise cette faculté de se réinventer selon sa perception du monde extérieur : celle des objets, des plantes, des animaux, des mains aimées et même celle des pieds qui nous ont heurtés. À chaque perception, un nouveau corps possible à mettre dans notre panoplie. Il trouvera son usage. À l’occasion il nous élargira.

Les textes sont une invitation à se réinventer sous d’autres formes qui, étrangement, nous révèlent à nous-mêmes.

 

Dans la presse


«Ça commence ainsi, par une question : Je sais, nous avons deux corps et même cent et même mille. Mais comment en parler, d’autres l’ont si bien fait avant nous ? À lire ce Mille corps, on pourrait dire que le parti-pris d’Anne De Roo tient lieu de réponse. En parler, ce serait, alors, tout d’abord, se glisser dans les pas des autres, se laisser traverser par les manières de dire, les stratégies, de ceux et celles qui nous ont précédés.»

Vincent Tholomé, le Carnet et les Instants, octobre 2018

du même auteur :

mots-clefs :

Poésie
Dessin
Être au monde